Propos et résumé

 

La Flûte de la Salute est un conte poétique et musical, à la fois drôle et délicat, sur le pouvoir de l’amitié et de la musique comme antidotes à la tristesse et au désespoir.

C’est une ode à l’écoute et à la créativité qui habitent chaque enfant, et une invitation pour eux à s’en servir à travers des oeuvres ou extraits d’oeuvres de compositeurs tels que, Ravel, Mozart, Saint-Saens ...













                                    (spectacle à Venise, récitante: Marie Malherbe)


Un conte poétique


Lucie et Léo, deux enfants vénitiens, nous font découvrir leur ville plongée en pleins préparatifs de la grande fête de la Salute. Ce jour-là, toute la lagune est étrangement submergée par une terrible aqua alta. C’est ainsi que les deux enfants espiègles s’évadent à bord de leur gondole, et nous promènent dans un voyage musical à travers les quartiers où répètent leurs instruments préférés. Mais parvenus à la Salute, ils n’entendent pas le moindre son de flûte. Que se passe-t-il ? Inquiets, ils partent à la recherche de leur amie Flûte… et découvrent bientôt que celle-ci a un très gros chagrin.


Ce conte onirique et symbolique offre à petits et grands plusieurs niveaux de lecture.

Outre sa beauté intrinsèque, Venise, monde de l’eau, symbolise la dimension émotionnelle de l’être. L’aqua alta, causée précisément par la Flûte en pleurs, en manifeste les débordements.

Les deux enfants, fille et garçon, incarnent l’amitié, la complicité, mais aussi l’éveil, et l’écoute attentive. Ils voguent libres et joyeux car ils ont intégré que dans la vie il y a des vagues, des hauts et des bas, et que tout est mouvant. C’est ainsi qu’ils parviennent à conduire la Flûte vers une nouvelle santé – Salute en italien. Le chemin de la guérison de la Flûte passe par la rencontre d’un Oiseau de Feu, image de son feu intérieur, qui lui fait retrouver sa créativité et son précieux souffle, grâce à un remède étonnant...


Un parcours musical


La Flûte de la Salute est aussi une flûtiste pas comme les autres qui existe dans la vraie vie. Elle s’appelle Sandrine François. Elle a inspiré ce conte car comme dans l’histoire, elle a une flûte en or, et comme dans l’histoire, elle se soigne en volant, à bord de grands oiseaux de feu qu’on appelle avions.


Sept ans après la parution du livre, c’est cette même flûtiste qui propose de mettre son grand talent au service de cette petite histoire, son histoire, qu’elle veut bien nous conter avec son instrument. Elle nous offre ici un parcours musical d’une qualité exceptionnelle, convaincue que les enfants ne méritent en aucun cas des concerts au rabais, mais bien au contraire le meilleur.

C’est ainsi que sa flûte enchantée joue avec les vagues du conte et les rebondissements de l’intrigue. Dans un dialogue scénique avec la mélodie du texte et le rythme de la poésie, elle interprète des morceaux brefs mais virtuoses, minutieusement sélectionnés pour brosser un riche panorama d’éveil musical qui intègre toutes les tendances du répertoire.

La flûte qui s’offre ainsi à l’écoute et au regard des enfants est étourdissante de grâce et d’agilité, mais elle sait aussi se faire complice...


Ce spectacle se veut un instant de magie et de beauté, de découverte et de bonheur.

                                                                                                        M.M